LIGNE NEW DIAMANT : L’HARMONIE DU PRINTEMPS ET DE LA NATURE

Crédit: Pauline LE TOULLEC

Tu effleures de tes pieds l’herbe brossée par la rosée du matin. Un frisson te parcourt lorsqu'a lieu ce contact. Ta peau est encore chaude, enveloppée toujours, de ce voile que t’as apporté la nuit. Ici, sur Terre, c’est le petit matin. Celui du brouillard léger du printemps, de la fraîcheur éphémère, des merveilles silencieuses.

Tu as voulu faire un tour, te balader, goûter au calme du cadre qui t’entoure. Il n’y a personne. Il est encore tôt. Alors tu as revêtu ton gilet de mailles blanches, celui qui descend sans le vouloir sur tes épaules. Elle te protège à peine cette faible armure. Elle borde les courbes de ton corps, laissant tout doucement apparaître tes sous-vêtements. Tu n’as pas voulu t’emprisonner dans des vêtements mais plutôt profiter de la pureté et de la beauté d’une lingerie d’exception.

Ce n’est que douceur qui parcourt ton corps : broderies florales, matières nobles, confection nourrie d’un long savoir-faire. Push-up, classique ou à balconnet, le soutien-gorge New Diamant galbe parfaitement ta poitrine. Ton allure, marche élancée, emplie de légèreté, est assurée par le maintien de la parure. Elle sublime ton corps, affirme ta féminité, l’orne de broderies aux motifs floraux faîtes de tulle. Ce sont des fleurs des champs, celles que l’on trouve aux bords des chemins. Quelles soient blanches, noires ou rosées, elles font partie de l’alchimie, de cet accord entre toi et le printemps.

Le vent souffle. Il soulève intimement les mailles qui couvrent le haut de tes cuisses, t’arrache un petit rire. C’est le shorty qu’il aperçoit, ce malicieux, celui qui met en avant les courbes de tes hanches, le creux dans le bas de ton dos, tes jambes fines et longues. Il aurait sans doute bien apprécié le slip ou le string aussi : ils découvrent la douceur de la peau, amenant le romantisme. Mais le vent est joueur, il souffle une deuxième fois, emmêle tes cheveux.

Il se moque de toi, d’être sorti comme cela. Mais il ne peut pas se moquer bien longtemps… c’est en paix que tu t’aventures là, sur le chemin qu’a dessiné l’aube. Tu ne fais même pas de traces dans la terre meuble, même pas de bruit entre les brindilles. Tu es Artémis dans son élément.

Remontant ton gilet pour te couvrir, tu effleures le galon brodé. Les détails glissent sous la pulpe de tes doigts, découvrant à chaque seconde une nouvelle minutie. C’est le rappel du nœud blanc et pur que tu adores par-dessus tout sur ta parure. Séparant les deux bonnets, harmonisant la symétrie de tes bas, il reste le symbole de ta féminité. 

Les premiers rayons transpercent les feuillages, viennent dessiner des motifs supplémentaires sur ta peau. L’été sera bientôt là. 

Catégories